Bernard Garo / Au-delà du Sud

du 16 avril au 11 mai 2008

Dans son travail de peintures monumentales, Bernard Garo, artiste d’origine Genevoise et travaillant à Nyon, interroge le concept des frontières. Il a choisi des formats monumentaux qu’il travaille en séries, organisés souvent en triptyque, qu’il travaille avec des matière brutes, comme le sable, le bitume, la poudre de textile ou de la terre broyée qui s’unissent en révélant progressivement des perspectives inattendues. Par leur simplicité formelle, ses compositions constituent pour lui le moyen primordial dont dispose l’être humain pour transmettre un message universel dans un langage artistique qui puisse être compris au-delà des frontières de cultures et de langues. Devant ses peintures, le spectateur est invité à se laisser pénétrer par ces représentations et à les faire vivre ensuite dans son inconscient pour y réveiller des images qui touchent à l’imaginaire collectif.
La série présentée ici est centrée sur l’Egypte, où l’artiste a eu l’occasion de séjourner. Trois autres séries, Reykjavik, Lisbonne et Istanbul, sont en préparation et donneront, au terme de cette recherche, un regard sur des civilisations, des histoires et des climats différents, aux quatre extrémités du monde occidental.
Les thématiques que Bernard Garo exprime dans ses œuvres sont le fruit d’une longue et profonde réflexion sur des sujets tels que l’actualisation d’un aspect du passé et ses répercussions dans le présent, la transposition du rôle des villes phares européennes, le poids de l’histoire de l’art. Ce dialogue incessant entre les époques, la science et les arts, la mémoire collective, se retrouve dans les formes, bien évidemment, mais aussi dans l’utilisation de matières innovantes ou carrément uniques, comme cette pierre friable qu’il a ramassée au fil de ses excursions et qu’il a patiemment broyée.

Sa palette se compose principalement des tons ocre, bruns, rouille, sable et du noir, produit par l’utilisation du bitume dont l’aspect gras et épais offre une profondeur fascinante. Ces teintes déclinées à l’infini créent une unité qui se développe au fil des séries. Travaillées par couches successives qu’il ajoute et enlève tour à tour à l’aide de produits corrosifs, ses peintures portent des traces spontanées issues des fusions de couleurs et de textures. Puissantes par leur dimensions, les toiles de Bernard Garo laissent imaginer la gestuelle de l’artiste qui touche presque au rituel et qui nous fait participer non sans émotion à la genèse de ses œuvres. / N. K.

en images

liens